Tout savoir sur les pleurotes



Le pleurote, ce nom vous évoque probablement quelque chose, partons ensemble à la rencontre de ce champignon aux mille facettes.

Contrairement à ce qu’on a l’habitude de croire le pleurote n’est pas une variété champignon mais des variétés. Il en existe plus d’une cinquantaine : de toutes les formes et de toutes les couleurs.

De nombreuses espèces de pleurotes sont comestibles et heureusement aucune n’est mortelle, il faut néanmoins toujours bien s’informer lorsqu’il s’agit de champignons.

Les pleurotes sont depuis toujours réputés en cuisine mais dans certains pays ils sont aussi employés comme plante médicinale.

Un peu d’histoire…


Le terme pleurote vient du grec « Pleura » et « otos » littéralement «côté » et « oreille ». Cette dénomination vient de la forme du champignon, qui pousse légèrement décentré par rapport au chapeau.

Le pleurote est un champignon de la famille des Agaricacées, il pousse sur presque toute la surface de notre belle planète. Il supporte sans difficulté les climats tropicaux et tempérés et poussent généralement sur les troncs d’arbres vivants ou morts mais pas seulement. En effet le pleurote est un champignon assez simple, il n’exige pas grand-chose de son milieu à condition qu’il trouve les matières ligneuses indispensables à son développement.

Les propriétés et vertus


Ce champignon renferme des quantités appréciables de vitamines et de minéraux, en particulier des vitamines du complexe B et du cuivre. Il est un aliment magique de part ses vertus antioxydantes reconnues pour ralentir le processus de vieillissement et renforcer le système immunitaire. Le pleurote prévient de certaines pathologies cardiovasculaires comme l’hypertension, mais aussi le diabète.

Mais ses vertus ne s’arrêtent pas là : le pleurote a des propriétés hématologiques, antivirales, antibiotiques, et antibactériennes. Par ailleurs le pleurote possède huit acides aminés essentiels à l’organisme. C’est pour toutes ces raisons que dans certains pays le pleurote est utilisé comme plante médicinale.

Le pleurote est bien plus riche en nutriments que ses congénères. En effet, il est regorge une quantité importante de vitamines B (B1, B2, B3, B6, B9 et B12) qui nous donnent de l’énergie en valorisant la transformation énergétique des aliments que nous ingérons. Il renferme également des vitamines plus rares : tel que la D, qui renforce le squelette, la E, qui protège des radicaux libres, et la K, qui favorise la circulation sanguine.

Le cuivre, le fer, le zinc et le phosphore sont aussi des éléments minéraux qui font du pleurote un atout santé. Effectivement, le cuivre contribue au maintien des défenses immunitaires et à la fertilité. Il permet aussi la formation de la mélanine qui nous donne un joli teint et de beaux cheveux même en hiver ! Le fer joue un rôle essentiel dans le transport de l’oxygène à partir des poumons vers tous les autres organes, il nous aide à garder du tonus et éloigne le stress. Le zinc préserve notre foie, améliore la cicatrisation et éloigne toutes les petites maladies du quotidien, il est aussi idéal pour lutter contre l'arthrose. Le phosphore représente une source énergétique conséquente et rapidement mobilisable pour les cellules, il contribue à l’entretien de nos neurones en jouant un rôle essentiel dans notre activité cérébrale. Il est également essentiel aux os au même titre que le calcium.

De plus, le pleurote c’est aussi une source considérable de protéines en moyenne cinq fois plus que les autres légumes ! Tout ça pour un apport calorique très faible 15 calories pour 100g! Par ailleurs, sa richesse en fibres (3 g pour 100 g) le rend particulièrement efficace sur le fonctionnement du transit intestinal.

Alors vous hésitez encore ?

Ecologie et développement


Actuellement, l’industrie agro-alimentaire produit beaucoup de déchets, c’est pourquoi dans une démarche écologique les ingénieurs et scientifiques ont expérimentés avec succès la culture de pleurotes sur les « déchets ». Dans un premier temps le but n’était pas la production de champignons mais la valorisation des déchets. Aujourd’hui le pleurote est donc cultivé sur des déchets tels que des résidus de maïs, de paille de blé ou encore du marc de café. Grâce à la richesse de ce substrat, il est possible de faire pousser des pleurotes en quelques jours, ce qui nous a permis de développer pour vous les Kits à faire pousser chez soi. Toujours dans une démarche écologique, les recherches continuent sur d’autres déchets de coton, de tabac, de feuilles de thé, de drèche, …

Puisque tout est bon dans le champignon et qu’on ne commercialise que « les grappes » de pleurotes, nous avons décidés chez Pleurette de cuisiner le cœur pour vous en faire de délicieuses sauces façon bolo et délices apéro. C’est ainsi qu’est née notre gamme ByPleurette.

En cuisine !



1.Bien choisir ses pleurotes
Les pleurotes sont de plus en plus cultivés et commercialisés, ils se positionnent au troisième rang de la production mondiale de champignon après les champignons de couche (comme les célèbres champignons de Paris) et les shiitakés (qui nous viennent d’Asie). Le pleurote en forme d’huître (Pleurotus ostreatus) est le plus répandu, mais nous trouvons également des pleurotes jaunes, roses, etc… Chez Pleurette nous cultivons des pleurotes gris et des pleurotes jaunes.

Le pleurote doit être ferme, charnu et non visqueux. Son chapeau doit être le plus entier possible et ne doit pas présenter de taches rouges ou verdâtres. L’odeur agréable du pleurote peut rappeler celle de l’anis. Enfin, sachez que, plus il vieillit, plus sa chair est coriace. Privilégiez donc l'achat de spécimens plus jeunes, reconnaissables à leur chapeau de couleur claire (crème, gris pâle voire bleu acier selon les espèces).

2.Que faire de ses pleurotes ?
Tout se mange dans le pleurote, mais attention il ne faut surtout pas le laver pour préserver sa texture et sa saveur. Il faut donc s’assurer qu’ils sont produits biologiquement et dans le respect de l’environnement.

Les pleurotes peuvent être cuisinés de mille manières. Déclinez-les en soupe, en tourte, en muffin, en galette végétale, en risotto, …

N’hésitez pas à faire un tour sur la page de nos recettes pour trouver l’inspiration et varier les plaisirs autours des champignons.

3.La conservation
Une fois cueilli, le pleurote, comme n’importe quel champignon devient très fragile, il doit donc être consommé rapidement. C’est un champignon qui redoute la chaleur, car il sèche rapidement. Néanmoins ce n’est pas pour autant qu’il aime l’eau ! Il ne faut surtout pas laver les pleurotes, s’ils ont quelques imperfections il vaut mieux gratter avec la lame d’un couteau et couper les parties abîmées. Il doit être conservé à une température entre 0 et 4°C.

Les pleurotes de Pleurette


Chez Pleurette, nous aimons l’innovation au service de l’environnement, c’est pourquoi nous cultivons nos pleurotes BIO dans des containers maritimes recyclés en champignonnière totalement automatisées. Nous cultivons aujourd’hui deux types de Pleurotes, les pleurotes gris et les pleurotes jaunes qui ont un délicieux goût de noisette.
Concernant nos substrats nous utilisons des résidus urbains et agricoles peu ou sous valorisés tel que le marc de café. Dans la fabrication de nos substrats, nous évitons la pasteurisation et la stérilisation qui sont coûteuses en énergie.
Enfin, nous créons de nouveaux produits bio et végétariens grâce à des parties de champignons qui, à l'heure actuelle, ne sont pas valorisées tel que le coeur des pleurotes gris.
Pleurette ne cesse de développer de nouvelles recherches et de nouvelles idées pour préserver notre belle planète et favoriser la santé de ses habitants, en proposant des produits sains et gourmands !
Chez Pleurette, nous démontrons ainsi que notre monde regorge d’opportunités au moins autant que de résidus.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *